top of page

La vie royale des chiens

Voici l'histoire des familles dirigeantes ou l'histoire de leurs races préférées. Les chiens de palais divertissaient non seulement leurs maîtres, mais reflétaient leur statut élevé, leur luxe, leur richesse et leur pouvoir. Les animaux de compagnie royaux menaient leur propre vie de cour, ayant des chambres séparées et même des salles d'alimentation spéciales.



Les chiens occupent une place importante dans la vie des familles royales depuis l'Antiquité. Ils gardent leurs maîtres, participent aux chasses, participent aux cérémonies, réconfortent et divertissent. Les dirigeants aiment s'entourer de fidèles chiens à quatre pattes, et en retraçant l'histoire des familles royales, il est facile de voir que certaines dynasties ont leurs races préférées.


L'Egypte ancienne valorisait extrêmement les chiens, en particulier la race saluki. Il apparaît dans des peintures représentant la chasse de Toutankhamon. C'est l'une des plus anciennes races de chiens vivantes. Saluki peut être trouvé sur des sculptures funéraires sumériennes dès 7 000 avant JC. Les "chiens royaux d'Egypte" étaient très prisés par la royauté égyptienne antique pour leur subtilité, leur grâce, leur beauté, leur endurance et leur rapidité. Certains ont même été momifiés avec leurs maîtres, indiquant le lien extrêmement fort entre les dirigeants et leurs favoris.


En Chine, le petit shih tzu distinctif était considéré comme «l'animal de compagnie sacré du palais». La légende raconte que la race a été élevée par des moines tibétains et donnée aux empereurs de Chine. Il était très prisé en raison de ses traits de lion (l'image de Bouddha sur le dos du lion a été vue) et n'était "réservée" qu'à la cour impériale. Pendant les dynasties Ming et Manchu, tout malheureux propriétaire de shih tzu à l'extérieur du palais était menacé de mort. Dans les palais, ces chiens impériaux servaient un rôle insolite : chauffe-lits. Le monde a entendu parler de la race à la fin du 19e siècle, lorsque le Dalaï Lama a offert à l'impératrice Tzu Hsi une paire de shih tzu exceptionnels. La progéniture des favoris de l'impératrice a été donnée à la noblesse hollandaise et anglaise.


En Europe, la cour royale française était dirigée par des vadrouilles, des épagneuls et des caniches maltais. Des groupes de chiens choyés jouissaient d'une liberté débridée et n'étaient soumis à aucun dressage. Au lieu de cela, ils avaient leurs propres appartements à Versailles, répandant des parfums pas si agréables tout autour. Les Français avaient un amour particulier pour le caniche, qui venait d'Allemagne. Louis XIV - le "Roi Soleil" avait son propre favori nommé Filou. Ses "chiens sportifs" bien-aimés : Bonne, Nonne et Ponne ont vécu pour voir leurs propres autoportraits. Les carlins avaient même leur propre carnaval, connu sous le nom de Cabinets des Chiens, où le roi les nourrissait personnellement avec des pâtisseries royales spécialement préparées. La reine Marie-Antoinette et l'empereur Napoleon Bonaparte, quant à eux, possédaient des vadrouilles, une race ancienne originaire de Chine.


En Italie, de nombreuses dynasties ont goûté à la race du bichon frisé, découverte en 1300 à Tenerife par des marins italiens. Ces quadrupèdes moelleux ont immédiatement conquis le cœur de la royauté italienne et sont ensuite devenus populaires dans les cours françaises. Le roi Henry III s'est tellement attaché à son animal de compagnie qu'il l'a porté constamment avec lui dans un panier spécial. Le penchant pour ces adorables petits chiens s'est également déplacé à l'étranger - dans les palais de la famille royale espagnole. Les bichons frisés sont les héros des tableaux de Goya, l'artiste de cour du XVIIIe siècle.


Plusieurs races canines ont conquis le cœur des dirigeants britanniques au cours des siècles. Henry VIII et ses deux filles adoraient les épagneuls jouets du roi Charles, originaires d'Extrême-Orient. Cependant, les chiens à quatre pattes doivent leur nom à Charles II, qu'ils ne quittent pas d'un pas. Le roi était même accusé d'être plus intéressé par ses chiens bien-aimés que par le royaume. Les épagneuls servaient de chauffe-pieds dans les châteaux médiévaux froids ou "d'aimants" pour les puces dans les lits royaux. Ils sont devenus connus sous le nom de "chiens de réconfort". Leur popularité dure depuis des siècles. Le premier chien de la reine Victoria était un épagneul King Charles nommé Dash. Les chiens de cette race appartenaient à la reine mère et à la princesse Margaret. D'autre part, le roi George VI, le père de la reine Elizabeth II, avait le goût des grands chiens de chasse et affectionnait particulièrement la race Labrador Retriever. Il les a élevés sur des domaines royaux à Sandringham et Balmoral au début du XXe siècle. Les labradors font toujours partie de la famille royale à ce jour.


De nos jours, le plus associé à la cour britannique est la race bien-aimée de la reine Elizabeth II - le célèbre corgi gallois à pattes courtes. En 1933, le roi George VI a acheté un chien nommé Dookie pour ses filles, et ainsi la race a pris d'assaut les cœurs aristocratiques. À ce jour, les corgis résident constamment au palais de Buckingham. La reine Elizabeth II a possédé plus de 30 chiens de la race au cours de son long règne - la plupart descendants de Susan, sa première femelle. Dans les années 1980, la reine a été tenue compagnie par 13 chiens corgi à la fois, ce que la princesse Diana a appelé un "tapis mobile". En 2017. Sa Majesté possédait deux chiens corgi nommés : Holly et Willow, ainsi que deux dorgis, appelés Candy et Vulcan. Les carlins avaient leurs propres quartiers dans le palais, appelés la salle Corgi, où ils dormaient sur des lits surélevés en osier. Les cabots royaux ont apprécié un menu exquis, pris en charge par le chef du palais. Les repas se composaient de filets de steak et de lapin et de poulet bio avec du riz. Chaque jour après le déjeuner, Elizabeth II avait l'habitude de se promener dans le parc de Buckingham Palace avec ses favoris. En 2020, le dernier des amis à quatre pattes est décédé. Les fidèles compagnons de la reine ont été enterrés sur une colline près du château de Windsor. Chaque chien a reçu sa propre pierre tombale avec un nom, une date de décès et une signature individuelle. Cependant, début 2021, la reine Elizabeth II est redevenue propriétaire de la race lorsque le prince Andrew lui a donné deux chiots. Ils s'appelaient Fergus et Muick.


La vie des animaux de compagnie à quatre pattes dans les cours royales n'était certainement pas une «vie de chien». Les animaux de compagnie étaient adorés et choyés par leurs maîtres. Ils les accompagnaient dans leur quotidien, leur offrant confort et divertissement. Ils participaient aux cérémonies et aux chasses. Ils avaient leurs propres chambres et le chef du palais leur préparait des mets raffinés.

0 vue0 commentaire

留言


bottom of page